Les collections minéralogiques
et pétrographiques
 
             

 

 

 

 

 


Exposition

Des métaux et des hommes
(présentée à la Bibliothèque Universitaire des Sciences de l'Université Joseph Fourier de Juillet à Décembre 2007)

Le « caillou » de nos plus lointains ancêtres est devenu pierre taillée ou polie, puis minerai source de métal ; d’arme puis outil il devient ornement, parfois source de feu et de chaleur, ailleurs « lauze » protectrice, muraille ; enfin c’est « notre mère » la Terre que nous foulons chaque jour.. ou que nous embrassons, de retour au pays, car elle nous a nourri.

Quelques échantillons du Musée Gueymard, sis à l’Institut Dolomieu, vous donnent un apercu de l’étude des minéraux constitutifs de notre planète ainsi qu’une perspective sur les travaux et les peines de nos anciens pour entrer en symbiose avec la Nature : source de méditation..et peut être de vocation.

La perception des caractéristiques de dureté, la compacité, la résistance, stabilité  du minéral est à l’origine de toute une symbolique qui  garde toute sa valeur poétique et philosophique, évocatrice de notre condition, mais, dans la perspective de l’éternité, tout se dissout en poussière et en énergies, ce qui fait toute la richesse de la réflexion naturaliste.

Symbole de permanence, de durabilité sinon d’éternité, le mineral que rêve le géologue n’est plus que le maillon d’un enchainement infini de réactions chimiques, à l’échelle des millions d’années, parfois à peine moins fugitif que la fleur du cerisier, et qui débouche « in fine » sur les poussières d’étoiles des astrophysiciens.
Ainsi, si les « minéraux sont les étoiles du monde inférieur » comme disait Paracelse, ils sont destinés à se dissoudre  dans le « grand tout ». Les évidences des sagesses antiques sont-elles finalement plus stables que les minéraux ?..

 

Etienne Audebaud, Juillet 2007

   

©OSUG
Cliquez sur l'image ci-dessus pour vous pouvez accéder ou télégharger les posters de l'exposition